IE6 n'est pas compatible.

Contactez-nous pour tout soutien quant à votre navigateur.

Carburant marin dans l’Arctique

La consultation est terminée

Atténuer les risques de déversement de carburant marin dans l’Arctique canadien

Transports Canada a déployé et continue de déployer des efforts importants pour protéger l’Arctique canadien, à la fois au moyen de son régime maritime national et par sa collaboration avec ses partenaires et organismes internationaux, comme l’Organisation maritime internationale (OMI).

Une des façons que nous utilisons pour protéger l’Arctique consiste à atténuer les risques de déversement de carburant à partir des bâtiments, y compris ceux qui utilisent du mazout lourd.

Utilisation de carburants marins dans l’Arctique

Le gouvernement du Canada s’emploie à réduire davantage le risque de déversement de carburant marin dans l’Arctique, y compris le risque de déversement potentiel de mazout lourd à partir des bâtiments.

Les discussions en cours à l’OMI sur l’utilisation du mazout lourd comme carburant des bâtiments dans l’Arctique ont porté sur les éléments suivants :

  1. Élaborer des lignes directrices pour réduire les risques inhérents à l’utilisation du carburant marin par les bâtiments dans l’Arctique
  2. Élaborer une interdiction potentielle de l’utilisation du mazout lourd par les bâtiments dans l’Arctique, d’après les évaluations de l’impact probable d’une telle interdiction faites par les membres de l’OMI.

En ce qui concerne le premier élément, Transports Canada collabore actuellement avec des partenaires internationaux pour examiner des options visant à atténuer le risque de déversements d’hydrocarbures. Ces options pourraient comprendre, par exemple, l’amélioration des mesures de navigation, de l’exploitation des bâtiments, de l’infrastructure et des communications dans l’Arctique.

En ce qui concerne le deuxième élément, afin d’éclairer sa position sur l’interdiction proposée, Transports Canada collabore avec des partenaires pour effectuer une évaluation des répercussions économiques et sociales de l’interdiction proposée du mazout lourd comme carburant des bâtiments dans l’Arctique et de la transition vers les carburants de remplacement.

Échangez vos idées!

  • Cliquez sur « Inscription » en haut de la page ou connectez-vous.
  • Répondez aux questions ci-dessous, dans le forum, en utilisant l’onglet « Donnez votre avis ».
  • Envoyez une soumission écrite en utilisant l’onglet « Soumissions ».

Les demandes de renseignements et de questions peuvent également être adressées à IMO-Canada-OMI@tc.gc.ca après le 28 juin 2019.

Atténuer les risques de déversement de carburant marin dans l’Arctique canadien

Transports Canada a déployé et continue de déployer des efforts importants pour protéger l’Arctique canadien, à la fois au moyen de son régime maritime national et par sa collaboration avec ses partenaires et organismes internationaux, comme l’Organisation maritime internationale (OMI).

Une des façons que nous utilisons pour protéger l’Arctique consiste à atténuer les risques de déversement de carburant à partir des bâtiments, y compris ceux qui utilisent du mazout lourd.

Utilisation de carburants marins dans l’Arctique

Le gouvernement du Canada s’emploie à réduire davantage le risque de déversement de carburant marin dans l’Arctique, y compris le risque de déversement potentiel de mazout lourd à partir des bâtiments.

Les discussions en cours à l’OMI sur l’utilisation du mazout lourd comme carburant des bâtiments dans l’Arctique ont porté sur les éléments suivants :

  1. Élaborer des lignes directrices pour réduire les risques inhérents à l’utilisation du carburant marin par les bâtiments dans l’Arctique
  2. Élaborer une interdiction potentielle de l’utilisation du mazout lourd par les bâtiments dans l’Arctique, d’après les évaluations de l’impact probable d’une telle interdiction faites par les membres de l’OMI.

En ce qui concerne le premier élément, Transports Canada collabore actuellement avec des partenaires internationaux pour examiner des options visant à atténuer le risque de déversements d’hydrocarbures. Ces options pourraient comprendre, par exemple, l’amélioration des mesures de navigation, de l’exploitation des bâtiments, de l’infrastructure et des communications dans l’Arctique.

En ce qui concerne le deuxième élément, afin d’éclairer sa position sur l’interdiction proposée, Transports Canada collabore avec des partenaires pour effectuer une évaluation des répercussions économiques et sociales de l’interdiction proposée du mazout lourd comme carburant des bâtiments dans l’Arctique et de la transition vers les carburants de remplacement.

Échangez vos idées!

  • Cliquez sur « Inscription » en haut de la page ou connectez-vous.
  • Répondez aux questions ci-dessous, dans le forum, en utilisant l’onglet « Donnez votre avis ».
  • Envoyez une soumission écrite en utilisant l’onglet « Soumissions ».

Les demandes de renseignements et de questions peuvent également être adressées à IMO-Canada-OMI@tc.gc.ca après le 28 juin 2019.